Thérapie FamilialeLa consultation familiale ou thérapie familiale, aussi appelée thérapie systémique consiste à effectuer un suivit thérapeutique en incluant tous les membres de la famille concernés par la problématique de consultation. En effet, en plus d’un bagage génétique, nous héritons de nos parents d’un bagage culturel. Dans plusieurs familles, cette « culture » peut être source de tension. Pensons, par exemple, à un adolescent qui remet en question les valeurs prônées par ses parents ou encore à un enfant qui n’a pas la même conception du mot « calme » que l’ensemble de la famille. La thérapie familiale permettra de mettre à jour les perceptions de chacun dans le respect afin de délier certains malaises ou non-dits.

La thérapie ou consultation familiale peut également être à propos lorsqu’un membre de la famille vit un problème de santé mentale qui a des répercussions sur l’ensemble de la famille. Par exemple, le psychologue pourra utiliser une séance pour expliquer à chacun des membres de la famille ce qu’est la dépression et questionner l’impact de celle-ci dans leur vie.

La guidance parentale

Consultation familialeDevenir parent ne vient pas avec un mode d’emploi. Un peu comme apprendre à marcher, on fait nos premiers pas dans la vie de parent avec joie, mais il nous aura fallu une grande capacité d’adaptation et une volonté à surmonter les défis pour y arriver. Ainsi, devenir parent s’apprend, mais on doit y mettre des efforts et faire preuve de beaucoup de souplesse d’esprit pour mener à bien ce rôle si important. Lorsque nos enfants font face à des défis affectifs, développementaux ou sociaux, notre rôle comme parent est de les accompagner du mieux qu’on peut afin qu’ils puissent vivre leur propre expérience. Parfois, dans cet apprentissage, nos enfants vivront des difficultés et j’entends certains parents dire qu’ils s’en sentent responsables.

Le but du coaching parental (ou guidance parentale) effectué par le psychologue n’est pas de chercher un coupable, mais bien d’aider les parents à mieux reconnaitre ce qui cause des difficultés pour leurs enfants. Je dis souvent aux familles que je rencontre que : « quand la famille a un rhume, ce sont les enfants qui éternuent ». Ainsi, les enfants sont souvent ceux qui manifestent les premiers symptômes d’un malaise ou d’un changement. Par exemple, une famille qui vit un déménagement dans une nouvelle ville due au changement d’emploi d’un des parents, des difficultés conjugales qui se traduisent en accrochages fréquents et dont les enfants sont témoins et l’arrivée imminente d’un nouveau bébé dans la famille sont des illustrations de situations qui peuvent engendrer un stress important sur la famille et manifester des changements comportementaux importants chez les enfants. Dans tous les cas, le psychologue peut vous aider à y voir plus clair et dénouer une impasse qui se répercute dans votre famille.


Le principe de l’équilibre ou la loi du 1/3

par Dr Martin Pearson, psychologue

Martin Pearson psychologue« Un des grands principes que j’enseigne aux parents que je rencontre est la loi du 1/3 ou celle de l’équilibre. Selon cette loi, le temps libre restant après le travail et les heures de sommeil devrait idéalement être divisé en trois (3) parties égales. Un tiers (1/3) de ce temps devrait être consacré à notre famille. Par exemple, aller glisser l’hiver avec les enfants, souper en famille, discuter avec nos adolescents, etc. Un autre tiers (1/3) doit être utilisé dans des activités conjugales exclusives (c’est-à-dire sans les enfants). Par exemple, une fin de semaine à Québec en amoureux, souper en tête-à-tête avec son conjoint ou sa conjointe, prendre une marche à deux une soirée d’automne collé l’un sur l’autre, faire l’amour, échanger des moments complices, avoir des fous rires, etc. Le dernier tiers (1/3) doit être utilisé afin de réaliser des activités pour soi sans son ou sa partenaire ou ses enfants. Par exemple, prendre un café avec des amis, aller jouer au golf ou à un jeu vidéo que l’on aime, prendre un bain mousse avec de petites chandelles, lire un bon livre à l’ombre d’un arbre, etc.

Bien entendu, cet équilibre est un idéal. Cependant, chaque membre de la famille devrait tenter de l’atteindre. À ce sujet, je me permets de vous suggérer un excellent livre qui traite de la question écrit par Francine Ferland aux éditions du CHU Ste-Justine: Parents débordés et en manque d’énergie. À lire sous un arbre dans vos moments pour soi. »